mercredi, mai 17, 2006

Paulina in America

Pauline est partie le 17 août pour les Etats-Unis. Elle a du prendre quatre avions [Paris, Francfort, Washington et Chicago] pour arriver jusqu'à Des Moines, capitale de l'état de l'Iowa, point final de son voyage ailé.
Janice Adams est venue l'attendre à l'aéroport pour l'emmener jusqu'à Marshalltown, la ville où Pauline va vivre durant ces quelques mois avec Janice, qui l'héberge et qui est sa mère adoptive, provisoire, sa mère américaine...
Le mardi 16 août nous avons donné une petite fête, à la maison, pour le départ de Pauline. Il y avait la famille, des ami(e)s de Pauline et des voisins. Le soir je n'ai pas su dormir tout de suite. J'avais des idées dans la tête, comme des fourmis. Je me suis dit qu'il fallait que j'écrive à Pauline, que j'invente une correspondance. J'avais des titres comme "Dimanche[s] en Amérique" ou "Des lettres en Amérique" ou encore "Lettres à ma fille en Amérique". Plus simplement "Pauline en Amérique".
Je n'ai pas su écrire tous les dimanches, le temps passe trop vite...
Finalement j'ai choisi "Lettres à ma fille en Amérique". Simple et joli. Enfin, je pense...

Le 17 août, quand elle est partie pour rejoindre la salle d'embarquement, à l'aéroport de Paris, j'ai senti mon coeur se craqueler doucement. Ma fille s'en allait. C'était la première fois qu'elle partait aussi loin, aussi longtemps...
Je me suis dit que je n'avais pas toujours été un bon père, sûrement, et toutes ces choses, tous ces moments-là on ne peut pas les effacer, les gommer... C'est dommage.
26 novembre. Il a neigé. Juste quelques flocons pour rappeler que nous sommes en novembre, qu'il fait froid, que dans un mois c'est Noël.
Cela fait trois mois que Pauline est partie. Trois mois sans la voir. Juste entendre sa voix au téléphone...
27 novembre, dimanche. Pauline a téléphoné, ce soir. Elle est allée dans l'Illinois, fêter Thanksgiving, dans la famille de Janice. Elles sont revenues, hier, samedi.
Pauline prend des cours de piano au Community College. Quand elle était petite elle avait appris la guitare et l'accordéon dans des écoles de Musique, mais son rêve a toujours été de jouer du piano. Elle apprend aussi la photographie. Elle a dû préparer un devoir et développer 3 photos en noir et blanc, et le sujet de l'une des photos était : une croix...
Est-ce un hasard, une coïncidence, je photographie aussi des croix. C'est un de mes thèmes photographiques avec les pierres et les arbres, bois, écorces...
18 décembre, dimanche. Il a neigé ces derniers jours. Quelques flocons vite partis. Aujourd'hui, le sol est couvert de givre, par endroits.
Pauline me manque et c'est comme si j'avais faim ou froid et je ne peux pas mettre mes mains dans mes poches. Dans quelques jours c'est Noël et c'est le premier Noël sans elle...
25 décembre, dimanche. Pauline et Janice sont allées au restaurant et au cinéma aujourd'hui. Janice s'est occupée d'elle toute la journée. Hier soir, pour le réveillon de Noël, elles sont allées toutes les deux chez Paul and Crystal, la famille qui accueille Flavia.
29 décembre, jeudi. Celà fait un peu plus de quatre mois que Pauline est partie, maintenant. Elle me manque de plus en plus. Au début du mois, Janice à dû être hospitalisée. Elle a subie une petite intervention et se porte mieux depuis. Heureusement il y a eu plus de peur que de mal...
Récemment dans un message elle écrivait que quand Pauline partirait celà lui causerait du chagrin et j'étais triste pour cette femme. Je me dis que maintenant elle fait un peu partie de la famille. Pauline doit être attachée à elle et idem ici.
31 décembre, samedi. Pauline a appelé à la maison, le soir. Elle voulait nous souhaiter une bonne année car demain elle part avec Janice voir sa famille dans l'Illinois. Le 5 janvier elle part visiter Chicago et revient le 9...

Chicago, vu depuis la "Sears Tower", la plus haute tour des Etats-Unis (443 m).


9 janvier, lundi. Une enveloppe est arrivée aujourd'hui. Une grande enveloppe marron avec des photos de Pauline et Janice. Il y avait aussi les photos que Pauline avait prise pour ses cours de photographie. Quatre photos en noir et blanc représentant une croix, un cimetière et une grange.
13 janvier 2006, vendredi. Les jours se suivent et ne se ressemblent pas. Est-ce le hasard ou une coïncidence, aujourd'hui, Pauline prend ses valises et quitte la maison de Janice Adams. Et je n'ai pas envie d'en écrire plus... Je suis inquiet pour ma petite Pauline. Inquiet, désespéré, désemparé.
22 janvier 2006, dimanche. Pauline a appelé ce soir. Elle a des projets plein la tête. Des envies et des voyages, des folies, des bagages. Elle veut aller à l'Université, là-bas aux Etats-Unis. Loin, si loin... Ma fille, ma petite fille n'est plus une enfant, c'est une femme maintenant. Comme toutes les femmes, libre, rebelle et mystérieuse...
28 janvier, samedi. Depuis quinze jours déjà, Pauline était hébergée chez Barbra Jennings, la coordinatrice YFU en Iowa. Aujourd'hui elle va rejoindre sa nouvelle famille d'accueil. Connie et Bob Beard et leur fils Rob...
31 janvier 2006, mardi. Pauline à vingt ans, aujourd'hui. Je me souviens d'elle, tout bébé, de cette "petite Orange" qui a bouleversé ma vie. Comme le temps a passé. Il me semble que c'était hier. Ma Pauline, ma petite Pauline. Si douce, si vive, rebelle et indépendante. Aujourd'hui, elle navigue seule dans cette vie qui l'emporte loin, loin de moi, loin de tout, mais plus près de ses rêves, au point de les toucher du doigt...
19 février 2006, dimanche. Pauline nous a appris une triste nouvelle aujourd'hui. Un étudiant qui était depuis presque deux ans dans l'Iowa est décédé, hier soir. Ses parents étaient arrivés la semaine dernière en avion d'Azerbaïdjan. Tout semblait aller mieux et puis aujourd'hui il n'est plus là. Au début les informations étaient confuses, mais j'ai su, nous avons su qu'il avait une leucémie. Il avait 20 ans à peine, il s'appelait Farid et la vie est cruelle et je me sens faible et inutile... Et puis il y a Sarah, l'amie américaine de Pauline, qui risque de perdre son emploi. Elle travaille dans un magasin où l'on vend des produits informatiques. Il est prévu que 400 magasins ferment aux Etats-Unis. Pour Sarah, ce job servait à payer une partie de ses études. Il y a aussi Tomoko, la petite japonaise qui a eu un accident de voiture. Elle n'est pas blessée mais l'auto est inutilisable.
14 mars 2006, lundi. Ce soir, Pauline va prendre l'avion pour aller en Floride. Ce voyage était prévu de longue date. Pourtant au téléphone, tout à l'heure, elle ne semblait plus aussi emballée pour partir...
Finalement elle a pris l'avion et s'est envolée. Rêve, rêvé, plus près des nuages tout semble léger.
28 mars 2006, mardi. De temps en temps, Pauline essuie des tempêtes et des cyclones. C'est le regard et les mots des autres, c'est la tristesse et la misère. Mais Pauline est une princesse indienne, les oiseaux, la rivière lui parlent doucement pour ne pas effrayer le vent qui navigue dans ses cheveux...
14 avril 2006, vendredi. Dans un mois Pauline revient...
15 avril 2006, samedi. Pauline a appelé pour l'anniversaire de son frère, Gauthier. Il a seize ans aujourd'hui.
16 avril 2006, dimanche. Pauline a téléphoné vers 20 heures. Là-bas à Marshalltown il est 1 heure de l'après-midi. Toute la famille était réunie à la maison pour fêter les 16 ans de Gauthier et elle a parlé avec chacun.
Elle parle aussi beaucoup avec sa petite soeur, Eléonore. Car en temps que père, même si j'ai les mots pour dire les choses je n'ai pas la manière. Pauline comme une grande soeur aînée qu'elle est tient ce rôle à la perfection et c'est bien...
17 avril 2006, lundi. Pauline revient dans un mois. Exactement le 15 mai, à Paris. Elle était partie depuis 9 mois déjà.
Comme un enfant dans le ventre de sa mère...
Elle aura changée, je le sais. Elle est belle et la vie s'ouvre à elle et chaque jour est à elle. C'est beau de voir son enfant, ses enfants grandir. Et puis c'est dur aussi. Ils s'éloignent, ils nous quittent et l'on se pose des questions ; ai-je fait tout ce qu'il fallait faire, pour elle, pour eux ? A t'elle été heureuse ?
28 avril 2006, vendredi. Pauline a des projets et des idées. Elle revient comme prévu le 15 mai et repart aux Etats-Unis en août. Simplement elle va retourner pendant 6 mois au MCC à Marshalltown pour entrer en janvier à l'Université du Nord Iowa...
14 mai 2006, dimanche. Demain Pauline revient. Ma petite fille qui m'a tant manqué... Demain Pauline revient et bientôt ces pages, ces lignes s'effaceront avec le temps. Ce journal ou semblant de journal s'arrêtera sur des mots que j'ignore encore. Pauline sera à la maison pour quelques temps et puis après elle repartira. Comme tous les oiseaux...
15 mai 2006, lundi. 4 heures du matin, le réveil sonne. Nous sommes partis de la maison peu après six heures trente. Arrivée à l'aéroport pour 9h20. Pauline arrive. Vol United Airlines 942 US 6298, Los Angeles-Chicago O'hare
16 mai 2006, mardi. Pauline dort dans sa chambre. Comme avant...
...
Ce journal s'arrête ici. En attendant une suite, un nouvel épisode. Paolina in America. Two...

Libellés : ,

4 Comments:

Blogger nicole said...

je ne sais ps encore ce que signifie le départ d'un de nos enfants, mais j'imagine la douleur, la boule au ventre, l'angoisse . Elle a grandi Pauline, et elle part.
Mais quelle belle expérience de partir si loin !!!!
que de choses à raconter!
que de souvenirs pour plus tard!
que d'images sont stockées dans sa mémoire!!!
1er voyage : les USA c'est pô rien mon brave!!!
Nicole FRAYSSE

5:31 PM  
Anonymous Anonyme said...

ta façon de décrire ces émotions est bouleversante. Quel magnifique message d'amour, qui doit effacer bien des maladresses de père.
Ce cordon est bien difficile à couper...mais ce premier envol fera d'elle un magnifique oiseau...
Myriam, de Lysland

1:55 PM  
Blogger Ced said...

une princesse indienne ne risque rien car elle porte en elle l'amulette la plus magique du monde... Son coeur

3:49 PM  
Blogger Volshebnik said...

ce récit est tendre et bouleversant...Moi aussi je suis partie de chez moi quand j'avais 17 ans, et cela fait depuis 6 ans déjà que je vis en France, loin de mes parents. On ne le cache pas, c'est difficile au début, même si l'on essaye de paraître forte au téléphone avec maman ou papa... mais c'est une expérience inoubliable et je dirais même indispensable! maintenant je sais que je peux me débrouiller seule où que je sois, mais aussi que mon coeur et ma force resteront toujours hors tout danger, là-bas, à la maison, grâce à l'amour de mes parents. Ils nous voient grandir et ensuite nous laissent partir. Cela n'a rien d'évident!
Merci d'écrire ici ce que ressentent les parents, ils le disent si rarement!

9:23 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home